L’Allemagne a changé sa position envers la technologie de suivi des contacts COVID-19 conçue par Apple et Google. Le gouvernement a en effet accepté de soutenir une approche décentralisée de la protection de la vie privée.

COVID-19

Initialement, tout comme la France, l’Allemagne était en désaccord avec Apple et Google concernant certains aspects liés au stockage des données utilisateur suivies via les API développées par les deux sociétés. Désormais, les responsables allemands ont changé d’avis et vont intégrer le système décentralisé fourni par ces API.

Auparavant, l’Allemagne essayait de créer un système de suivi des contacts centralisé basé sur un serveur central. Cette approche aurait permis aux autorités sanitaires d’être en mesure d’observer directement les données et de contacter des personnes potentiellement positives au COVID-19, même sans un diagnostic officiel. Cependant, une approche centralisée pose un risque important pour la sécurité et la confidentialité en raison de l’envoi de données médicales potentiellement sensibles à une seule source gouvernementale. Une telle approche ouvrirait également la voie à une future surveillance de l’État, qui deviendrait propriétaire de toutes ces données.

Au lieu de cela, la technologie d’Apple et de Google est basée sur un système décentralisé, où les contacts sont stockés uniquement sur les appareils des utilisateurs jusqu’à ce qu’ils reçoivent un diagnostic COVID-19 positif d’un établissement de santé. Les données ne quittent l’appareil qu’après une telle confirmation.

Malgré ce changement de position qui embrasse l’idée des deux sociétés, il n’est actuellement pas clair si l’Allemagne développe son propre système décentralisé ou si elle intégrera directement les API Apple et Google.

La bonne nouvelle est que le gouvernement allemand a complètement abandonné l’idée d’un système centralisé, suivant également les conseils de l’UE sur les applications que chaque pays devra adopter.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Saisissez votre commentaire
Entrez votre nom