Les chauffeurs des navettes Apple, celles utilisées pour transporter les employés de Cupertino vers et depuis l’Apple Park, continuent d’être payés malgré la suspension de toutes les activités causées par l’épidémie du COVID-19. Cependant, le syndicat Teamsters dit qu’il a eu plus de mal à trouver un accord avec Apple que toute autre entreprise de technologie.

navettes Apple

Business Insider rapporte qu’en temps normal, les navettes des entreprises technologiques envahissent les rues de la Bay Area de San Francisco et jouent un rôle fondamental pour de nombreux employés. Chaque jour, environ 1 000 de ces navettes ont traversé les rues de la Bay Area. Au cours des prochaines semaines, les différents bus resteront parqués dans leurs dépôts respectifs, en attendant que la situation du COVID-19 s’améliore. Pour le moment, tous les chauffeurs continuent d’être payés par les entreprises pour lesquelles ils travaillent, y compris Apple, mais la société de Tim Cook a apparemment posé plusieurs doutes avant de parvenir à un accord.

Habituellement, diverses entreprises technologiques signent des contrats avec divers chauffeurs par le biais de sociétés telles que WeDriveU et Hallcon, deux des services de bus les plus importants de la baie de San Francisco. Le syndicat Teamsters confirme que toutes les entreprises technologiques couvrent 100% de l’indemnisation des conducteurs, mais aussi qu’Apple a été celle avec laquelle elles ont eu le plus de problèmes :

« La société avec laquelle nous avons eu le plus de problèmes est Apple. La société, qui embauche ses chauffeurs dans la région de la baie via Hallcon, a accepté de payer les chauffeurs, mais a été beaucoup plus lente que les autres sociétés à lisser les détails, tout en conduisant certains chauffeurs à déposer un dossier de chômage de peur que leur salaire ne serait pas couvert. Après quelques ralentissements, Apple a accepté d’accélérer les paiements au cours des dernières semaines et de continuer à payer au moins jusqu’au 4 mai. »

La situation est très délicate, car les emplois de centaines de personnes sont menacés. L’espoir est que l’épidémie soit maitrisée le plus tôt possible.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Saisissez votre commentaire
Entrez votre nom