Amazon France est aujourd’hui dans l’obligation de limiter ses activités sur notre territoire, et ce jusqu’au 21 avril. Le Tribunal de Nanterre demande au géant américain de ne vendre que des produits “essentiels”. La décision prend effet sous 24h, avec 1 million d’euros d’amende par jour de retard.

Amazon France

Ce verdict intervient bien évidemment pour faire face à l’épidémie du coronavirus. Amazon a également fait savoir à plusieurs reprises sur Twitter avoir fourni des masques, lingettes désinfectantes et gel hydro alcoolique à ses employés. D’ajouter que « Nous avons aussi mis en place des contrôles de température quotidiens, des mesures de distanciation sociale de 2 m et triplé nos équipes d’entretien pour renforcer le nettoyage de 200 zones supplémentaires sur chaque site en France ».

Malgré tout, le jugement du Tribunal de Nanterre met évidence qu’Amazon a « de façon évidente, méconnu son obligation de sécurité et de prévention de la santé des salariés ».

Hier, Amazon a fait savoir au Figaro, qu’il ferait appel de cette décision. Il est en « désaccord avec la décision rendue aujourd’hui par le tribunal judiciaire de Nanterre. Nous évaluons actuellement ses implications pour nos sites logistiques français. Nous continuerons également à travailler avec toutes les parties prenantes et à apporter les éclaircissements nécessaires comme nous l’avons fait depuis le début de cette crise sans précédent. »

Dans une note interne obtenue par Capital, Amazon explique en effet être « contraint de suspendre toute activité de production dans l’ensemble de ses centres de distribution pour mener à bien l’évaluation des risques inhérents à l’épidémie de COVID-19 et prendre les mesures nécessaires pour assurer la santé et la sécurité de ses salariés à compter du jeudi 16 avril après la fin de poste de l’équipe du matin, au plus tard, et pour une durée initiale de 5 jours, soit jusqu’au lundi 20 avril inclus. »

Notez qu’Amazone peut également reconduire la suspension de ses activités, au-delà du 21 avril, si nécessaire.

Par ailleurs, l’entreprise a également prix la décision de réduire de 2 à 5 fois les commissions de ses affiliés américains. Pour l’heure, on ne sait pas si les affiliés français, comme nous, ou d’autres pays, seront concernés.

La situation est donc encore incertaine quand au retour à la normale, d’autant que le confinement a été repoussé d’un mois en France, jusqu’au 11 mai. D’ici là, d’autres décisions de ce genre peuvent encore être prises.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Saisissez votre commentaire
Entrez votre nom