Apple a été accusée de piratage musical pour avoir profité de morceaux réenregistrés. Un nouveau procès est en cours contre la firme de Cupertino.

Apple piratage musical

La plainte allègue qu’Apple et une société de distribution de musique britannique sont impliquées dans une “opération de piratage de musique massive” pour profiter de certaines chansons.

Le procès, déposé lundi devant le tribunal de district des États-Unis pour le district nord de Californie, accuse Apple et Adasam Limited de reproduire et de distribuer illégalement plus de 80 enregistrements de musique piratés. Adasam est une société de distribution musicale basée au Royaume-Uni qui ne semble pas avoir de site Web officiel. Sur l’iTunes Store, il travaille avec des artistes tels que Blue Orchid, Six Week Smile et Atlantic Motion.

Plus précisément, la plainte indique qu’Adasam vend les enregistrements de “nombreux artistes bien connus des années 1920 aux années 1960” sur iTunes. Le catalogue de la société serait entièrement piraté, car les plaignants affirment que la société n’a pas obtenu les licences nécessaires pour dupliquer les enregistrements.

Quant aux fautes d’Apple, les plaignants affirment que la société a conclu un contrat avec Adasam pour distribuer son catalogue sur l’iTunes Store. Dans de nombreux cas, des copies prétendument piratées sont proposées en plus des pistes légitimes offertes par les maisons de disques.

Par exemple, une version légitime de “Stormy Weather” de Lena Horne était vendue par RCA sur l’iTunes Store pour 1,29 $, tandis qu’Adasam en offrait une copie soi-disant piratée pour seulement 0,99 $.

La plainte indique également qu’Apple et Adasam distribuent “sans vergogne” des compositions piratées pour une série d’enregistrements réussis.

« De tout cela, il semble évident qu’Adasam mène une énorme opération de piratage musical », lit-on dans la plainte. « Apple avait une connaissance efficace de la situation ou a volontairement choisi d’ignorer cette infraction ».

Les demandeurs comprennent SA Music, The Harold Arlen Trust, Ray Henderson Music Co. et Four Jays Music Company, qui demandent des dommages et intérêts et une interdiction à Apple et Adasam d’utiliser ces enregistrements à l’avenir.

Partager un commentaire