Nous tenions à vous sensibiliser sur les faux mails Chronopost qui circulent en cette période de confinement. La pandémie du Covid-19 profite à des petits malins qui tentent de soutirer vos données bancaires.

La méthode est simple. Dans leur mail, ils indiquent que votre livraisons Chronopost par DPD sera retardée à cause de la “propagation du coronavirus”. Si à première vue, le mail semble réel, il n’en est rien. D’une part le texte ne peut être copié, d’autre part, le lien “en cliquant ici” renvoie sur cette URL : https://www[dot]chromopos-fr[dot]com. Vous noterez qu’il y a bien marqué chroMpost. Visuellement, le site ressemble au vrai site Chronopost. Une fois sur ce faux site, vous êtes invité à payer la modique somme de 2,99 € pour recevoir votre dite commande, et ce, même si vous n’avez rien commandé.

faux mails Chronopost

Cette méthode de phishing n’est pas nouvelle, mais en cette période de confinement, beaucoup risque de tomber dans le panneau. Certains sont habitués et repèrent rapidement l’arnaque, mais d’autres non. Sachant que tout le monde est actuellement chez soi, nombreux sont ceux à faire des commandes sur le Web.

Pour ne pas tomber dans le panneau, il suffit de vérifier si votre numéro de suivi est identique à celui fourni par le vendeur. Vous pouvez ensuite le saisir directement sur le site officiel de Chronopost pour savoir où en est votre livraison. Et bien sûr, en aucun cas, Chronopost vous demandera de payer une seconde fois la livraison, et, encore moins sous ce genre de demande par mail.

Cette méthode de vérification est valable pour toutes les autres tentatives de phishing. Elles peuvent prendre la forme d’un mail de votre banque ou de la CAF, entre beaucoup d’autres.

Faites attention surtout en ce moment où les pirates tentent le tout pour le tout. Ne communiquez jamais vos coordonnées bancaires provenant d’un mail étrange avec une demande tout aussi farfelue. Accédez de vous-même aux sites officiels, c’est bien plus sécurisé et vous ne rencontrerez pas de problèmes liés au vol de données personnelles.

Partager un commentaire