Neil Young, auteur-compositeur-interprète et guitariste canadien, n’a pas mâché ses mots au sujet du nouveau nouveau MacBook Pro. Il a même affirmé que Steve Jobs confirmerait également la stratégie actuelle d’Apple visant davantage les consommateurs que la qualité.

Neil Young

Lors d’une interview avec The Verge, Neil Young a décrit le MacBook Pro comme « un appareil de merde », avec un son de qualité digne d’un produit Fisher-Price. « Un MacBook Pro ? De quoi tu parles ? Vous ne pouvez rien tirer de cette chose. »

Ces affirmations sont survenues au milieu d’une conversation avec le rédacteur en chef de The Verge, Nilay Patel, lorsque Neil Young a été invité à dire comment il préfère créer de la nouvelle musique en déplacement et pourquoi les artistes sacrifient de plus en plus la fidélité audio pour plus de commodité.

Young a dit qu’il n’avait aucun problème avec le fait que des adolescents écrivent des tubes dans leur chambre, mais que le problème se pose lorsque les gens commencent à enregistrer directement des MP3 sur un MacBook.

Patel a alors répondu à Young : « D’accord. Mais j’ai essayé le nouveau MacBook Pro 16 pouces. Apple m’a donné une unité à tester et m’a dit que tous les artistes utilisent le MacBook Pro avec GarageBand pour commencer à faire de la musique. Êtes-vous en train de me dire que le MacBook ne devrait pas être le premier outil pour démarrer l’enregistrement audio d’une nouvelle chanson ? »

Et la réponse de Young a été sans détour :

« Mais c’est un appareil de merde. Vous plaisantez ? Il a la qualité audio d’un Fisher-Price. Il est comme le capitaine Kangaroo, votre nouvel ingénieur. Un MacBook Pro ? De quoi tu parles. Vous ne pouvez rien tirer de cette chose. La seule façon de créer quelque chose est de le mettre dans un DAC, mais vous ne pouvez pas le faire parce que les DAC ne peuvent pas être connectés à un MacBook Pro. Vous devez donc utiliser un DAC externe et faire beaucoup de choses pour compenser les problèmes du MacBook Pro, car ce ne sont pas des ordinateurs destinés à la qualité audio. Ils s’adressent aux consommateurs. »

Young poursuit en disant que Steve Jobs lui a juste dit qu’Apple a commencé à créer des produits pour les consommateurs et non de qualité :

« La qualité audio – pour votre référence et pour quiconque écoute – est plus profonde que la qualité visuelle. Vous pouvez regarder les choses et penser à tout voir en haute résolution, quoi que vous regardiez sur une photo. Mais la vraie dimension audio est beaucoup plus profonde, et il y a tellement de données si vous voulez les capturer toutes – dans l’écho, le softness, le volume et bien d’autres choses qui se décomposent et deviennent de plus en plus petites. Cela fait partie de la beauté du son et de la beauté de la musique si vous pouvez entendre tous les détails.

Maintenant, quand vous parlez de le faire sur un MacBook Pro, je me sens mal. C’est là que nous sommes arrivés. »

Partager un commentaire