Apple a été critiquée par certains députés américains pour ses relations avec la Chine et insiste pour que les centres tiers ne soient plus autorisés à accéder aux manuels et composants d’origine permettant de réparer divers iPhone, iPad et Mac.

Apple - Vie privée

Le Washington Post rapporte qu’Apple a de nouveau été critiquée pour avoir concentré son attention sur la vie privée des utilisateurs en tant que « prétexte pour un comportement anticoncurrentiel ». Ces plaintes émanent du député démocrate de Rhode Island, David N. Cicilline, qui préside le sous-comité antitrust de la Chambre. Cicilline s’est dit préoccupé par « l’utilisation de la vie privée comme un bouclier contre le comportement anticoncurrentiel d’Apple ».

Le législateur a ensuite expliqué qu’une loi américaine forte sur la protection de la vie privée signifierait que des entreprises comme Apple ne devraient plus réglementer ces aspects à eux seuls :

« Je suis de plus en plus préoccupé par l’utilisation de la vie privée en tant que bouclier pour un comportement anticoncurrentiel. Il existe un risque croissant que, sans une loi américaine solide sur la protection de la vie privée, les plates-formes utilisent leur rôle en tant qu’organismes de réglementation privés pour en tirer davantage parti. »

L’inquiétude de Cicilline a été soulevée après les modifications apportées par Apple aux services de localisation sous iOS 13. Essentiellement, Apple a réduit l’accès des applications tierces à l’emplacement d’un utilisateur et a fourni plus d’informations aux utilisateurs de l’application de géolocalisation. La crainte est qu’Apple ait elle-même accès à des données supplémentaires sur la localisation des utilisateurs qui ne sont pas disponibles pour les concurrents.

Un exemple spécifique mentionné dans l’article est Tile, le périphérique qui pourrait bientôt devenir un concurrent direct d’Apple et du suivi d’objets grâce à l’AirTag. L’article explique que Tile doit maintenant demander une autorisation pour suivre la position “toujours active”. Dans le cas contraire, cela lui empêche de rechercher des objets hors ligne.

Dans un communiqué séparé, le porte-parole d’Apple, Trudy Muller, a déclaré que la société travaillait avec des développeurs intéressés par la nouvelle politique en matière de services de localisation :

« Nous avons créé l’App Store avec deux objectifs en tête : être un endroit sûr et fiable pour les clients qui souhaitent découvrir et télécharger des applications et, en même temps, une excellente opportunité commerciale pour tous les développeurs. Nous travaillons continuellement avec les développeurs et fournissons des commentaires sur la manière de protéger la confidentialité des utilisateurs, tout en fournissant les outils dont les développeurs ont besoin pour créer les meilleures expériences possibles avec les applications. »

Dans cet esprit, toutefois, le Washington Post rapporte que les législateurs de la Chambre ont rencontré les “partenaires” d’Apple pour discuter de ces préoccupations.

Les législateurs de la Chambre ont rencontré certains partenaires d’Apple pour discuter de leurs préoccupations, selon des personnes au courant de ces réunions. Elles ont affirmé que l’un des sujets abordés était celui de la pratique d’Apple consistant à modifier les règles qui régissent son écosystème sur l’App Store au nom de la confidentialité, en liant également les mains de ses concurrents.

Apple est actuellement impliquée dans plusieurs affaires antitrust à travers le monde, notamment des préoccupations concernant Apple Music, l’App Store et bien plus encore.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Saisissez votre commentaire
Entrez votre nom