Apple a payé une lourde amende après avoir révélé volontairement qu’elle avait violé les sanctions américaines en autorisant par inadvertance les applications d’un développeur slovène sur l’App Store pendant plus de deux ans, alors même qu’elles avaient été inscrites sur la liste noire de l’Office américain du contrôle des actifs étrangers (OFAC).

Apple - Tim Cook - sanctions américaines

Le Wall Street Journal a annoncé qu’Apple avait conclu un contrat de développement d’applications avec le développeur d’applications SIS d.o.o. basée à Trzin, en Slovénie, en 2008. Cette société, avec son actionnaire majoritaire Savo Stjepanovic, a été inscrite sur la liste noire en février 2015 pour avoir fait partie d’un réseau international de trafic de stéroïdes. Le développeur a été retiré de la liste noire en 2017, mais Apple avait laissé ses applications sur l’App Store tout au long de la période incriminée.

La raison pour laquelle cela s’est produit peut être attribuée à un problème de formatage :

« Le jour où M. Stjepanovic et SIS ont été inscrits sur la liste noire, Apple a lancé les nouvelles désignations en fonction des noms de ses titulaires de comptes développeurs. Cependant, l’outil de filtrage des sanctions mis en place par la société n’a pas permis d’identifier SIS en tant qu’entité inscrite sur la liste noire, car le système d’Apple la répertoriait comme « SIS DOO » plutôt que « SIS d.o.o » sur la liste de l’OFAC.

Apple aurait également omis d’identifier M. Stjepanovic en tant que membre de la liste noire dans son système, car Apple n’a pas filtré tous les utilisateurs individuels associés à un compte App Store à l’époque, conformément à l’accord. »

Un porte-parole d’Apple a publié lundi la déclaration suivante :

« En 2017, nous avons constaté que nous avions payé par inadvertance un développeur figurant sur la liste des ressortissants spécialement désignés du Trésor américain. Nous en avons informé les autorités et avons pleinement coopéré à leur enquête, qui est maintenant terminée. »

La période au cours de laquelle les violations ont été perpétrées a montré un « mépris inconsidéré pour les exigences en matière de sanctions imposées par les États-Unis », conformément à l’accord de règlement conclu entre l’OFAC et Apple. L’OFAC a crédité Apple pour sa révélation volontaire des violations présumées, affirmant que le fabricant d’iPhone avait renforcé le rôle de son responsable mondial de la conformité des exportations et des sanctions dans le processus de révision et d’escalade.

Apple avait étendu le filtrage des sanctions aux bénéficiaires de paiement du développeur de l’application et aux banques associées, mais cela ne l’a pas empêché de payer une amende de plus de 467 000 dollars.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Saisissez votre commentaire
Entrez votre nom