Malgré les répercussions possibles dues aux tarifs imposés à la Chine par le président Donald Trump, la dépendance d’Apple à l’égard de la production chinoise n’a pas du tout diminué et ne le sera pas dans les prochains mois.

Apple Chine - taxes iPhone

Apple, comme tant d’autres sociétés américaines, dépend en grande partie des entreprises chinoises. Autant pour se fournir en composants que pour l’assemblage de leurs produits. La raison est simple : en Chine, il existe une main-d’œuvre qualifiée à des coûts nettement plus bas que dans de nombreux autres pays.

Les tarifs commerciaux imposés par Donald Trump pourraient toutefois changer la donne. Il prévoit en effet des taxes de minimum 10% sur tous les smartphones, smartwatches et autres produits technologiques importés de Chine. Concernant l’iPhone, celui-ci sera taxé à hauteur de 15% à compter du 15 décembre. Une taxe de 30% sera également imposée dès le 1er septembre sur les écrans, les écouteurs sans fil dont les AirPods, le HomePod et l’Apple Watch.

Tim Cook a réussi à reporter une partie de ces taxes au moins jusqu’en décembre, en convaincant Donald Trump que cela créerait un avantage concurrentiel en faveur de Samsung. En effet, la société sud-coréenne fabrique ses propres téléphones intelligents localement.

Selon les analystes, Apple a trois voies à suivre. La première consiste à compenser les taxes grâce à la diminution des coûts de production de l’iPhone ; sinon, l’entreprise pourrait répercuter ces coûts sur les consommateurs américains. En revanche, ce choix semble très improbable. Troisièmement, Apple pourrait commencer à collaborer avec des fournisseurs situés en dehors de la Chine, en transférant la production au Brésil, au Vietnam et en Inde.

Reuters rapporte toutefois qu’Apple ne semble pas disposée à déroger à sa stratégie, étant donné qu’à l’heure actuelle, au-delà des rumeurs qui ont circulé ces dernières semaines, les différentes sociétés Foxconn, Pegatron et Wistron ont investi en Chine pour accroître leur production et répondre à la demande croissante d’Apple. Par exemple, Foxconn a amené ses installations en Chine à 29 pour augmenter la production de produits Apple.

De plus, les fournisseurs chinois représentent une part très importante pour la fourniture de petits composants essentiels et de matières premières telles que les châssis en aluminium, les câbles, les puces, les circuits imprimés, le verre, etc., difficiles à trouver dans les autres pays aux mêmes prix.

Toutefois, il est probable qu’en 2020, certains de ces fournisseurs commenceront à produire en dehors de la Chine. Foxconn et Wistron ont déjà commencé à travailler en Inde et au Brésil. Pegatron prévoit de faire de même au Vietnam.

De plus, comme le souligne Reuters, les usines situées au Brésil et en Inde sont nettement plus petites que leurs homologues chinois et, surtout, elles ne répondent pas à la demande d’Apple. Le Brésil et l’Inde imposent également des taxes élevées et des restrictions commerciales sur certains produits afin de soutenir les entreprises locales.

En bref, la Chine reste indispensable pour Apple, du moins pour le moment, même en cas d’activation des taxes promises d’ici la mi-décembre.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Saisissez votre commentaire
Entrez votre nom