Apple est l’un des principaux partisans de la protection des données des utilisateurs, mais un nouveau rapport publié par le Washington Post explique ce que le Congrès américain a demandé à la société de légiférer en la matière. Et la réponse d’Apple n’a pas été pas celle à laquelle nous nous attendions.

Apple et la confidentialité

Le journal a annoncé qu’au début de l’année, Tim Cook avait invité six parlementaires démocrates à l’Apple Park pour parler de la nouvelle législation fédérale sur la protection de la vie privée. Parmi eux, il y avait aussi la parlementaire Suzan DelBene : « Le premier problème soulevé par Tim Cook était celui de la vie privée. Il a souligné la nécessité d’une législation fédérale pour traiter ce sujet afin de protéger autant que possible les données des utilisateurs. »

Cependant, lorsque DelBene a discuté de sa loi sur la protection de la vie privée, qui obligerait les entreprises à obtenir un consentement avant de pouvoir utiliser les informations utilisateur les plus sensibles, Cook s’est montré plus réticent.

En fait, selon le Washington Post, dans certains cas, Apple soutiendrait indirectement les groupes de pression qui veulent limiter ce projet de loi sur la protection de la vie privée :

« Dans de nombreux cas, Apple est en ligne avec les entreprises qui critiquent ce projet de loi et tentent de limiter toute réglementation fédérale.

Apple n’a jamais donné son accord explicite aux lois fédérales sur la protection de la vie privée, car en réalité, elle préférerait que plusieurs États adoptent une série de lois. »

Un porte-parole d’Apple a démenti cette thèse, affirmant que la société souhaitait une législation fédérale et non une série de réglementations nationales. Néanmoins, Apple n’a encore officiellement soutenu aucune proposition de loi fédérale visant à protéger les données des utilisateurs.

« Nous pensons que la vie privée est un droit humain fondamental et est au cœur de ce que signifie être un Américain. À cette fin, nous soutenons l’adoption d’une législation fédérale forte qui protège tout le monde, quel que soit son état d’origine », a déclaré le porte-parole d’Apple, Fred Sainz. « Nous comprenons la frustration des différents États – nous sommes également frustrés – mais ce sujet est si important que nous devons être unis pour le bien de l’Amérique ».

Ces dernières semaines, Tim Cook et d’autres dirigeants d’Apple ont rendu visite à des députés à Washington pour leur parler de la protection de la vie privée. Apple s’est opposée à plusieurs reprises aux lois sur la protection de la vie privée considérées au détriment des utilisateurs, mais selon le Washington Post, la société aurait un double comportement : un comportement public, dans lequel Apple s’avèrerait en faveur d’une norme fédérale, et une règle privée, où l’entreprise se comporte différemment.

En bref, il est difficile de déterminer qui a raison.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Saisissez votre commentaire
Entrez votre nom