Après que la Cour suprême des États-Unis eut donné son accord à une poursuite antitrust contre Apple concernant les pratiques de l’App Store, Apple a répondu en publiant une nouvelle page Web intitulée « Principes et pratiques de l’App Store ».

App Store

La société adopte une position plutôt ferme, affirmant que même si elle est absolument favorable à la concurrence, elle doit également protéger ses clients.

La page Web s’ouvre en expliquant les objectifs conçus par Apple pour la plate-forme :

« Nous avons créé l’App Store avec deux objectifs en tête: en faire un lieu sûr et fiable permettant aux clients de découvrir et de télécharger de nouvelles applications et en même temps d’en faire une excellente occasion d’affaires pour tous les développeurs […]

Nous croyons que ce qui est dans notre magasin en dit long sur qui nous sommes. Nous soutenons fermement toutes les vues représentées sur l’App Store. Mais nous prenons également les mesures nécessaires pour nous assurer que les applications respectent les utilisateurs ayant des opinions divergentes et les rejetons si leur contenu ou leur comportement sont inappropriés, en particulier lorsqu’elles mettent en danger des mineurs. Par exemple, nous interdisons strictement toute application contenant du matériel pornographique, des références discriminatoires, de la torture et des abus.

Nous avons créé des instructions pour l’examen des applications sur l’App Store afin de fournir aux développeurs des instructions claires sur la création des meilleures applications pour nos clients. Les cinq piliers des directives – Sécurité, Performances, Commerce, Conception et Légalité – exigent que les applications proposées sur l’App Store soient sécurisées, offrent une bonne expérience utilisateur, respectent nos règles de confidentialité, protègent les appareils contre les logiciels malveillants et les menaces. et utiliser des modèles commerciaux approuvés. »

Entre autres choses, Apple se concentre sur le « processus de révision rigoureux » de l’application, le jugeant essentiel. Apple partage également des statistiques à ce sujet, révélant qu’elle examine environ 100 000 applications par semaine, dont 60% sont approuvées. Pour les 40% restants qui ont été rejetés, les développeurs ont la possibilité de revoir l’application, et Apple indique que l’équipe de révision passe environ un millier d’appels par semaine pour aider les développeurs à faire approuver leurs applications.

Apple note également que l’App Store propose non seulement des applications payantes pour lesquelles elle perçoit une commission, mais qu’il existe en fait huit catégories d’applications différentes, pour lesquelles Apple ne gagne rien auprès de quatre d’entre elles :

  • Gratuite
  • Gratuite avec des annonces
  • Gratuite avec les biens et services physiques (par exemple, les applications de gadgets)
  • Reader (tout le contenu acheté en dehors de l’application, tel que Kindle)

Les quatre autres catégories pour lesquelles Apple prélève une commission sont les suivantes :

  • Gratuite avec les achats intégrés (commission de 30%)
  • Pour une taxe (30%)
  • Gratuite avec abonnement (30% la première année, 15% la suivante)
  • Multiplateforme (30% seulement sur les achats effectués dans l’application)

La société souligne également les investissements importants réalisés pour aider les développeurs à créer des applications, des kits de développement logiciel (SDK) aux bourses de l’Apple Developer Academy et de la WWDC. Enfin, elle fournit des exemples d’applications tierces concurrençant les leurs, illustrant les concurrents de Calendrier, Appareil photo, iCloud, Mail, Cartes, Messages, Apple Music, Notes, Podcasts, Apple TV, FaceTime et Safari.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Saisissez votre commentaire
Entrez votre nom