L’Apple Card ne semble pas faire l’unanimité, malgré les bienfaits avancés par Apple, voyant sa carte comme moyen pour les propriétaires d’accéder à la bonne « santé financière ».

Apple Card

Seulement, il s’avère que ces conditions agressives de la part d’Apple ont amené au moins une banque à faire faillite, comme le rapporte CNBC.

Si plusieurs établissements bancaires souhaitent de devenir le principal partenaire dans cette nouvelles aventure, telles que J.P. Morgan Chase, Synchrony et Barclays, Citigroup, qui se battait également pour le partenariat, a finalement rebroussé chemin. La raison évoquée est que lors des « négociations avancées », la banque craignait « de ne pas pouvoir réaliser un profit acceptable sur les attributs de la carte ».

D’après le rapport, l’Apple Card est vue comme une opération risquée de la part de la banque. Cela n’a pas empêché Goldman Sachs de prendre ce risque en s’associant à Apple pour faire de la carte Apple Card une réalité. Il convient toutefois de noter que Goldman Sachs, contrairement aux autres sociétés, n’offre pas de carte de crédit à la consommation. En d’autres termes, il n’a pas à craindre d’impact négatif sur les autres options de carte de crédit grand public. Ainsi, Goldman Sachs peut continuer à gagner de l’argent dans ses autres activités, tandis que l’Apple Card fera tout ce qu’elle aura faire sur le marché plus tard cette année.

Petite anecdote particulièrement amusante, une personne d’une banque concurrente a écrit à un employé de Goldman Sachs et lui a dit : « Mec, si ce portefeuille rapporte de l’argent, je vais vous acheter une bière ».

1 COMMENTAIRE

  1. Enfin une entreprise qui veux rapporter de l’argent à ces clients .
    Connaissez vous la différence entre une banque et un oiseau , et bien l’oiseau s’arrête de temps en temps de VOLER

LAISSER UN COMMENTAIRE

Saisissez votre commentaire
Entrez votre nom