L’ère du streaming a du bon pour l’utilisateur, mais qu’en est-il pour notre précieuse planète ?

Selon une étude menée par des chercheurs de l’université de Glasgow, les émissions de gaz à effet de serre auraient plus ou moins doublé en près de 40 ans, et ce, rien qu’aux États-Unis. Pourquoi ? Toutes les réponses sont détaillées ci-dessous.

Le streaming gaze la planète, plus que le CD !

Déjà en 1977, la production de plastique était de l’ordre de  58 millions de kg, avant de descendre à 56 millions de kg en 1988 avec l’arrivée des cassettes audio. En 2000, la production de plastique est passée à 61 millions de kg. Mais grâce au streaming, cette production a chuté à 8 millions de kg. Si on s’arrête là, on pense que tout va bien dans le meilleur des mondes, mais non, ce n’est pas aussi simple que ça.

En effet, le streaming a nécessairement besoin de serveurs et donc d’électricité. C’est là que la différence va se faire avec la production du plastique nécessaire à l’emballage des CD, d’autant qu’elle accuse d’une forte baisse au pays de l’Oncle Sam.

Les chercheurs de l’université de Glasgow ont alors comparé ces deux facteurs, la production de plastique et le gaz à effet de serre généré par le production d’électricité, pour en conclure que le streaming était ce qu’il y a de plus nocif pour notre planète. Concrètement, entre 1977 et 2016, les émissions de gaz à effet de serre sont passées de 140 à entre 200 et 350 millions de kg aux États-Unis.

Alors que pensez-vous du streaming maintenant ?

1 COMMENTAIRE

LAISSER UN COMMENTAIRE

Saisissez votre commentaire
Entrez votre nom