Apple News+, le service qui permettra bientôt aux utilisateurs américains de s’abonner à des centaines de magazines et de journaux au prix de 9,99 $ par mois, ne comptera pas parmi ses contenus le New York Times et le Washington Post, malgré la forte pression exercée par Apple pour convaincre leurs deux éditeurs.

Selon Vanity Fair, Apple aurait commencé à parler au New York Times et au Washington Post dès le printemps dernier, peu après l’acquisition de la plateforme Texture sur laquelle est basé le nouveau service Apple News+.

Pour tenter de convaincre les responsables des deux journaux, Eddy Cue s’est rendu à plusieurs reprises dans les rédactions des deux journaux, sans atteindre son but. Des phrases telles que « Nous vous ferons devenir le journal le plus lu au monde » ou « Vous allez accéder à la plate-forme Apple avec des centaines de millions de lecteurs potentiels » n’ont pas eu l’effet escompté.

Les négociations seraient bloquées parce qu’Apple exigerait l’exclusivité sur tous les articles et non une sélection restreinte. Pour tenter de trouver un point de rencontre, Cue aurait offert au Times et au Post la possibilité de quitter la plate-forme à tout moment, en plus d’une exclusivité sur la plate-forme.

Un autre point sensible était celui des revenus, étant donné qu’Apple conservera 50% des revenus provenant des abonnements Apple News+. Le problème est que le New York Times et le Washington Post ont déjà leurs services d’abonnement auprès d’un bon nombre de lecteurs, au point de rendre News+ presque inutiles, voire contre-productifs.

« Notre objectif est de développer notre base d’abonnés. Rejoindre Apple News+ n’a donc aucun sens pour nous à ce stade », a déclaré la porte-parole du Washington Post, Kris Coratti. « Apple est un excellent partenaire et nous continuerons de travailler avec eux sur d’autres projets en cours et espérons pouvoir faire beaucoup de choses avec eux à l’avenir. »

De plus, les offres d’Apple News+ sont encore limitées, étant donné que seules des informations générales et des articles éditoriaux de divers magazines et journaux sont exposés. Tout le reste doit être recherché, les articles de journaux étant supprimés trois jours après leur publication.

Apple a beau être un géant, il lui reste encore beaucoup à faire pour convaincre qu’Apple News+ est une alternative de premier choix.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Saisissez votre commentaire
Entrez votre nom