La version payante d’Apple News qui sera présentée le 25 mars et qui, à moins de surprises, s’appellera “Apple News Magazines“, et coûtera 9,99 $ par mois. Cependant, plusieurs éditeurs n’ont pas encore accepté les conditions imposées par Apple et d’autres ont menacé de partir avant même le lancement.

Comme l’explique Business Insider, la plupart des éditeurs sont encore sous contrat grâce aux accords existants avec Texture, la plate-forme d’informations acquise par Apple il y a un an. Il y a notamment Wired, The New Yorker, People, Men’s Health et Cosmopolitan.

Une fois que les contrats avec Texture arriveront à terme, même après le lancement d’Apple News Magazines, certains éditeurs pourraient quitter en raison des tarifs et des conditions imposés par Apple. D’autres grands éditeurs tels que le Washington Post ou le New York Times seraient toujours en pourparlers avec Apple et il n’est pas clair si un accord peut être conclu avant le 25 mars.

Pour présenter son idée, Apple aurait cité Apple Music comme un exemple de ce que la société souhaite apporter au domaine de l’information : un seul abonnement permettant aux utilisateurs de lire les principaux magazines américains.

Mais les éditeurs résistent parce que le marché de la musique est profondément différent du marché de l’information. Par exemple, un utilisateur qui lit le magazine Scientific American n’a aucun intérêt à lire People, et inversement. En pratique, il n’y aura guère de flots de lectures différentes d’utilisateurs individuels, comme c’est le cas pour la musique, ce qui pourrait limiter considérablement les revenus des éditeurs structurés par Apple.

De plus, Apple gardera 50% des revenus, tandis que tout le reste sera divisé entre les éditeurs. Encore une fois, les différences sont importantes, puisqu’un abonnement Post coûte 10 dollars par mois, alors qu’un abonnement Times coûte 15 dollars par mois. Si Apple divise les revenus de la même manière, elle risque de faire en sorte que moins d’éditeurs gagnent davantage d’argent pour leurs magazines et leurs journaux.

Les autres préoccupations du secteur concernent le support pour Android pas encore prêt, le manque d’accès aux données client, la visibilité marketing et ce qui va arriver aux abonnements individuels déjà en place via Apple News, car les éditeurs parviennent à maintenir la 70 -85% des revenus via ce canal.

Cependant, les éditeurs ont pensé qu’ils pourraient tirer parti du fait qu’Apple News est inclus dans un ensemble plus vaste pouvant également inclure d’autres services Apple.

Certes, la situation est encore assez embrouillée quelques jours avant la présentation officielle de la plateforme.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Saisissez votre commentaire
Entrez votre nom