Dans les 50 pages déposées le 24 janvier devant le tribunal de district des États-Unis dans le district nord de la Californie, la requête d’Apple cherche à rejeter les nombreuses poursuites en justice relatives au ralentissement des anciens iPhones après une certaine période.

Apple a affirmé que des mises à jour logicielles comprenant des éléments permettant de résoudre les problèmes de batterie au détriment des performances du processeur avaient été mises en place pour éviter les problèmes de batterie et les arrêts soudains de périphériques. Les plaignants disent qu’ils ont été induits en erreur par Apple, qui est accusée d’avoir causé le ralentissement des appareils via une mise à jour iOS sans prévenir les utilisateurs.

Apple affirme que les mises à jour ont été installées avec le consentement de l’utilisateur, ce qui signifie qu’elles ont accepté les modifications apportées par le logiciel. Les plaignants déclarent également qu’ils “n’ont pas donné l’autorisation”, ce qui est faux car ils l’ont effectivement fait, par le biais du contrat de licence iOS.

Apple rejette les allégations concernant les “dommages” allégués causés par les mises à jour logicielles en faisant une analogie concernant la rénovation d’une cuisine. Les plaignants sont comparés à “des propriétaires qui ont laissé un constructeur chez eux pour rénover la cuisine, donnant à l’entrepreneur la permission de démolir et de changer certaines parties de la maison”.

Selon le dossier, le tribunal tiendra une audience le 7 mars, sous la présidence du juge Edward J. Davila.

Rappelons qu’après le “scandale” des ralentissements causés par les mises à jour, Apple a proposé aux clients intéressés de remplacer la batterie hors garantie à un coût réduit. Dans le cadre de ce programme, 11 millions de batteries d’iPhone ont été remplacées.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Saisissez votre commentaire
Entrez votre nom