Un nouveau document de recherche publié ces dernières heures indique que les appareils Android inactifs envoient à Google près de dix fois le nombre de données partagées sur les serveurs Apple par les appareils iOS.

Au cours de ces tests, un téléphone Android exécutant Chrome en arrière-plan a envoyé 340 fois les données de localisation de l’utilisateur en 24 heures, soit environ 14 fois par heure. La recherche a été dirigée par le professeur Douglas Schmidt de l’Université Vanderbilt et peut être consultée à partir de ce lien.

Le document indique également que les données sur l’emplacement des utilisateurs partagés par les appareils Android représentent 35% des informations partagées avec les serveurs Google. En outre, les téléphones Android inactifs, et Chrome en arrière-plan, envoient les données à Google à une vitesse 50 fois plus rapide que l’iPhone avec Safari en arrière-plan.

À titre de rappel, Google a confirmé la semaine dernière que les données de localisation des utilisateurs étaient enregistrées même si le paramètre « Historique de localisation » était désactivé. Pour bloquer complètement le suivi, les utilisateurs doivent également désactiver un second paramètre sous Android appelé « Activité Web et App ».

À cause de ce comportement, aux États-Unis, un recours collectif a déjà été intenté contre Google concernant la collecte de données sur les utilisateurs.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Saisissez votre commentaire
Entrez votre nom