Quand Steve Jobs n’avait aucune idée de la taille de l’App Store

 

Dix ans après la naissance de l’App Store, The Wall Street Journal a partagé une interview sans précédent de Steve Jobs datant de 2008 qui parle des espoirs pour ce qui était alors une nouveauté absolue.

L’interview remonte au 7 août 2008 – environ un mois après le lancement de l’App Store – et a été menée par le journaliste du WSJ, Nick Wingfield. Jobs commence par comparer l’App Store pour iPhone à iTunes pour l’iPod, en disant qu’il s’agit d’un service créé pour améliorer un appareil avec du contenu fourni par Internet :

« La façon dont nous pensons à ce sujet est que l’App Store est pour iPhone ce que iTunes est pour iPod. Tout comme avec l’iPod, appareil que nous avons amélioré avec un service internet pour apporter de nouveaux contenus, nous faisons la même chose avec l’iPhone.

Nous l’améliorons avec un service Internet pour fournir du contenu directement sur le téléphone. Dans ce cas, puisque nous avons déjà apporté du contenu musical iTunes au téléphone, nous apportons les applications.

Nous pensons que le résultat est le résultat de la même stratégie utilisée avec l’iPod. Améliorez l’appareil avec du contenu fourni par Internet. En plus d’iTunes, nous pouvons livrer du contenu sans fil directement à l’appareil, sans PC. Nous pouvons mettre à jour automatiquement les applications. C’est un service qui fonctionne sur les épaules d’iTunes. »

Jobs explique ensuite qu’à cette époque environ 50 nouvelles applications ont été lancées chaque jour sur l’App Store. Un nombre minuscule par rapport aux données actuelles.

Ensuite, il est question du rôle qu’Apple joue dans la modération des applications envoyées par les développeurs :

« Il y a des limites à respecter. Nous n’autorisons pas le porno, bien sûr, mais il y a aussi des problèmes de droits d’auteur. Il y avait une belle application de film qui a annoncé les scores sur Rotten Tomatoes. Fox, propriétaire de Rotten Tomatoes, nous a appelés et nous a dit: “Ils n’ont pas le droit de le faire”.

Nous devons retourner aux développeurs et dire “Hey, nous devons retirer votre application”. Les propriétaires du droit d’auteur ont donné leur avis pour être respectés. Nous devons supprimer les applications jusqu’à ce qu’ils puissent résoudre le problème avec le propriétaire du droit d’auteur. »

Le PDG d’Apple évoque également quelques chiffres, comme les 60 millions d’applications téléchargées dans les 30 premiers jours depuis le lancement de l’App Store. En 2017, Apple a atteint 180 milliards de téléchargements sur le store.

Mais déjà avec ces petits chiffres, Steve Jobs a été surpris :

« Nous ne nous attendions pas à un tel lancement. L’industrie de la téléphonie n’a jamais rien vu de tel. Pour être honnête, même l’industrie informatique n’a jamais rien vu de tel : 60 millions d’applications téléchargées dans les 30 premiers jours ! »

Sur l’avenir de l’App Store, Steve Jobs espérait qu’un jour il deviendrait un marché d’un milliard de dollars. Le mois dernier, Apple a déclaré avoir payé 100 milliards de dollars aux développeurs en 10 ans :

« Qui sait, peut-être que ce sera un marché d’un milliard de dollars à l’avenir. Cela ne devrait pas poser de problèmes. Un marché de plusieurs milliards de dollars s’ouvre. »

Wingfield demande ensuite à Jobs quelle application il a téléchargé sur son iPhone, et le PDG d’Apple répond qu’il utilise souvent Yelp, Bloomberg, certains jeux comme Susoki, Facebook et l’application de phrases audio en Mandarin (un guide de conversation audio en chinois mandarin).

 
  • 21929 Posts
  • 8487 Comments
Fondateur & Rédacteur
Aucun commentaire pour l’instant! Vous êtes le premier à commenter.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.