Telegram est de plus en plus un terreau pour les activités illicites

 

D’après une récente étude menée par Check Point Software Technologies, Telegram est de plus en plus utilisé par les hackers pour commettre des activités illégales.

Telegram, l’une des applications de messagerie les plus populaires au monde après WhatsApp, est devenue un terrain propice aux pirates informatiques pour commettre des activités illégales et échapper aux autorités. Ces dernières années, les forums traditionnels utilisés par les pirates étaient désormais sous le contrôle constant des forces de l’ordre. C’est pourquoi, les hackers sont partis à la recherche de nouveaux écosystèmes où ils pouvaient agir sans être dérangés et Telegram est devenu l’une des plateformes préférées des cybercriminels.

Le chat de Telegram offre un niveau de sécurité plus élevé, et la plate-forme est également plus réservée et moins accessible de manière à devenir une alternative viable même aux forums sur le Dark Web. Sur la plate-forme, les pirates parviennent à cacher leur identité parce qu’ils peuvent profiter de conversations publiques et privées cryptées de bout en bout.

Par exemple, les canaux sur Telegram peuvent être utilisés pour transmettre des messages à un nombre illimité d’abonnés, et tandis que l’historique de messagerie entier peut être visualisé, toute réponse aux messages publics est gardée privée. Cette fonctionnalité de Telegram est ensuite exploitée par des pirates informatiques qui peuvent profiter de conversations privées cryptées de bout en bout pour diffuser leurs messages.

Parmi les chaînes clandestines découvertes par l’équipe de recherche de Check Point Software Technologies, il y a celles dénommées « Dark Jobs », « Dark Work » et « Black Markets ». « Dark Job » contient un certain nombre d’emplois illégaux marqués d’un code couleur : « noir » si le travail proposé est dangereux d’un point de vue juridique, ou « gris » ou « blanc » lorsque le danger est moindre.

Dans les canaux peuvent également se produire la vente d’outils de piratage et de documents volés, et même la possibilité de les falsifier. Exemple pour cette dernière activité est un message d’un utilisateur qui prétendait avoir des connexions au sein du service de police de la circulation russe et donc être en mesure de libérer ou mettre à jour les permis de conduire de toutes les catégories.

Grâce à Telegram, les cybercriminels peuvent également exploiter ces messages de recherche personnelle provenant d’entreprises ou de banques pour obtenir des informations privées et des données sensibles afin de mener une attaque contre l’organisation.

Les canaux Telegram offrent donc de nombreuses opportunités pour les pirates prêts à commettre des activités illégales. En outre, la facilité d’utilisation et une plus grande sécurité dans la communication permettent aux utilisateurs novices d’aider les entreprises touchées par la communauté des hackers.

 
  • 21350 Posts
  • 8354 Comments
Fondateur & Rédacteur
Aucun commentaire pour l’instant! Vous êtes le premier à commenter.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.