Depuis que Facebook a acquis WhatsApp en 2014, il a toujours été question d’un éventuel partage de données entre les deux applications. Pour cette raison, plusieurs enquêtes ont été entamées, notamment en Europe, à tel point qu’aujourd’hui, le Bureau du Commissaire à l’information (ICO) du Royaume-Uni a publié ses conclusions.

Facebook condamné à une amende par l'Union européenne suite au rachat de WhatsApp

L’ICO a établi que les données des utilisateurs de WhatsApp ne peuvent pas être partagées sur Facebook pour plusieurs raisons énumérées par la commissaire Elizabeth Denham :

  • WhatsApp n’a aucune base légale pour traiter les données de ses utilisateurs de cette manière et les partager sur d’autres plateformes;
  • WhatsApp n’a jamais suffisamment informé les utilisateurs sur le traitement de leurs données;
  • Le partage des données des utilisateurs utilisant déjà WhatsApp impliquerait une utilisation différente de ces données, par rapport à celles initialement envisagées lors de l’inscription des utilisateurs au service;
  • Le partage de telles données sur Facebook violerait les règles de la loi sur la protection des données au Royaume-Uni

Cependant, à la suite de l’enquête, il est apparu qu’aucune donnée n’était encore partagée par WhatsApp à Facebook. Évidemment, cette enquête s’est limitée aux utilisateurs britanniques, et nous ne savons pas si ce partage n’a pas encore été mis en œuvre dans le reste du monde.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Saisissez votre commentaire
Entrez votre nom