Au cours des dernières semaines, Apple a supprimé plusieurs applications iraniennes populaires de son App Store afin de se conformer aux sanctions du gouvernement américain contre l’Iran.

Bien qu’Apple n’ait pas lancé d’App Store en Iran, les utilisateurs passent par ceux d’autres pays pour installer des apps développées en Iran. Apple ne vend pas non plus ses iPhone ou autres produits dans le pays, et pourtant la firme de Cupertino aurait une part de marché de 11%.

Si la société n’a jamais bloqué les développeurs et les entreprises iraniennes sur l’App Store avec des applications disponibles partout dans le monde, les sanctions américaines l’ont obligé à faire le ménage dans son App Store, comme l’a confirmé le New York Times : « Apple a supprimé les applications des entreprises et des développeurs iraniens de l’App Store. Cette décision a été prise pour respecter le blocus du gouvernement américain contre l’Iran. »

Apple a également informé les développeurs iraniens affectés par ce bloc : « Selon les réglementations américaines sur les sanctions, l’App Store ne peut pas héberger, distribuer ou traiter des applications ou des développeurs liés à certains pays sous l’embargo américain. »

Une porte-parole de l’entreprise a confirmé les nouvelles, mais n’a donné aucun autre commentaire. Cependant, il s’agit d’une nouvelle dévastatrice pour de nombreux développeurs iraniens qui ont publié des applications sur l’App Store même dans le reste du monde. De plus, de nombreuses applications sont également été utilisées par des utilisateurs iraniens qui avaient acheté des iPhones et des iPads sur le marché noir ou à l’étranger. Mais pour se conformer à la loi, Apple a été obligée de prendre cette décision : les applications génèrent des revenus pour les résidents en Iran et violent les lois américaines.

Certains développeurs iraniens tels que Mahdi Taghizadeh, fondateur du service de livraison en ligne de DelionFoods, ont fortement protesté sur Twitter contre la décision d’Apple. Le ministère iranien des télécommunications a également exprimé son inquiétude quant à la suppression de ces applications : « 11% du marché des smartphones en Iran appartient à Apple. Avec cette décision, la société ne respecte pas les droits de ses clients qui ont toujours été le pilier d’Apple. Nous allons sortir dans les rues pour faire revenir les applications dans l’App Store. »

LAISSER UN COMMENTAIRE

Saisissez votre commentaire
Entrez votre nom