Accueil » News » Najat Vallaud-Belkacem souhaite interdir les Pokémon rares dans les écoles

Najat Vallaud-Belkacem souhaite interdir les Pokémon rares dans les écoles

Décidément, Pokémon GO est vraiment un phénomène qui inquiète ! Après avoir été interdit dans certaines villes, Pokémon GO est désormais au cœur des discussions à l’Élysée. La ministre de l’Éducation nationale Najat Vallaud-Belkacem sent qu’il faut mettre le holà à l’approche de la rentrée des classes.

najat-vallaud-belkacem-souhaite-interdir-les-pokemon-rares-dans-les-ecoles

Au lieu d’interdir totalement le jeu, elle préfère s’entretenir avec l’éditeur du jeu Niantic dans l’objectif de trouver un moyen de supprimer tous les Pokémon rares qui pourraient apparaître dans les écoles.

Lors de sa conférence de presse, elle explique que cela aurait pour effet de créer des débordements dans les établissement scolaires. Elle souhaite éviter les attroupements, mouvements de foule ou encore les intrusions, surtout en période où le terrorisme est encore très présent.

En plus des Pokémon rares, il est possible que certains Pokéstops et arènes soient également supprimés aux abords des écoles.

Pokémon GO est en effet un jeu qui demande à ses joueurs de se promener un peu partout. Seulement, certains d’entre eux peuvent parfois délibérément enfreindre plusieurs règles – et le gouvernement compte bien réagir avant qu’un grave problème n’arrive.

Signaler une erreur en la sélectionnant et appuyez sur Ctrl + Entrée .

Commentaires (5)

  1. Daniel Zuber dit :

    On ferai mieux d’interdire sa connerie plutôt

  2. anonyme40 dit :

    C’est complètement débile

  3. jordands3 dit :

    Mdr elle a rien d autre a foutre

  4. jordands3 dit :

    Si elle aurait interdit le jeu totalement ok mais la c est debile

  5. Hugo Besh dit :

    Qu’ils fassent bien leur boulot avant ces connerie

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Rapport de faute d’orthographe

Le texte suivant sera envoyé à nos rédacteurs :